Histoire

C'est à partir du IXe siècle qu'il est possible de reconstituer l'histoire d'Urzy. Il est fait mention en 887 de Ecclésia (église) de Urziaco, une des nombreuses formes du mot Urzy, lequel proviendrait d'un nom romain Ursius, dérivé de Ursus (ours), nom fréquent à la fin de l'empire romain et les quelques siècles qui ont suivi sa chute. Plusieurs évêques l'ont porté dont un d'Auxerre. On le retrouve dans Pont St Ours (Ponti Sancti Ursini en 1293, Ponti Sancti Urzi en 1478).

Les terres d'Urzy deviennent propriété des évêques sous le règne de Charlemagne. Celui-ci fait en effet restituer aux communautés religieuses les biens perdus à l'époque des derniers Mérovingiens et en donne même d'autres. C'est ainsi que les terres de Prémery, Parzy (commune de Garchizy) et Urzy sont attribuées aux évêques de Nevers qui en tirent leurs ressources jusqu'à la révolution. Ils y possèdent un moulin à blé, celui du Vivier, datant de l'an mil. Actuellement, il est le seul encore en activité sur la rivière Nièvre. Les évêques exercent dans leurs fiefs le droit de haute justice et les propriétaires des grands s domaines de Contres, Demeurs et même ceux de la puissante maison des Bordes, sont leurs vassaux. Il est probable que la paroisse d'Urzy fût créée à cette époque et que fût bâti un édifice religieux proche de la rive droite de la Nièvre et de quelques habitations qui constitueront le bourg historique d'Urzy. Au 12e siècle, une église consacrée à Saint Denis remplace la première chapelle. Elle est reconstruite en partie en 1495 ( date gravée et encore visible sur un contrefort saillant de l'abside) grâce à Philibert de la Platière alors propriétaire du château des Bordes lequel assurait la défense du bourg et des terres agricoles proches de la vallée.

A la fin du 17e siècle, le bourg va s'enrichir d'une élégante résidence des évêques. En effet, le jeune évêque de Nevers, Édouard Vallot, fils d'un célèbre docteur de Louis XIV, habitué des fastes de la cour de Versailles, trouve sinistre et peu confortable son château féodal de Prémery. Il fait donc édifier entre 1675 et 1680, sur la rive gauche de la Nièvre, une agréable demeure proche de l'église, demeure qui figure sur le blason des évêques de Nevers. Elle sera complétée, sur l'autre rive, par des communs avec pigeonnier, orangerie, pavillon du billard, boulangerie, etc. Un parc somptueux avec bassins complète l'ensemble. Peu à peu, cette partie de la commune va prendre de l'importance avec ses nombreux hameaux : la Balanderie, le Vivier, le Foulon, Feuilles, Luanges, les Buttes, Pont Saint-Ours. Elle aura la mairie, les premières écoles (une publique, une religieuse), les cimetières (d'abord près de l'église), le presbytère. Elle a sa fête foraine au mois de juin.

L'usine Lambiotte à Demeurs en 1900 !

Aquarelle de l'usine LAMBIOTTE à DemeursCe document représente l'usine Lambiotte de Demeurs en 1900. En réalité, il s'agit d'une aquarelle (160x59 cm) qui est installée dans la salle des fêtes de la mairie de Prémery suite à un don des Établissements Lambiotte.

Exposée dans un premier temps aux Amis du Vieux Guérigny en 2005, la connaissance de l'existence de ce document est finalement récente pour nous !
En ce qui concerne la topographie des lieux, remarquez que les distances entre bâtiments ne sont pas toujours respectées. Ainsi l'ancienne caserne d'ouvriers, (au centre), se trouve bien éloignée de la salle des fêtes. Ce tableau a certainement été peint à distance d'après plusieurs croquis.
Le nombre important de stères de bois installés au premier plan et les cinq cheminées crachant des fumées noires nous montrent à quel point l'activité de cette usine était importante. En effet, on y fabriquait le charbon de bois et on envoyait les produits chimiques dérivés du bois à l'usine de Prémery pour affinage. (acétates et pyrolignites, méthylène, acide acétique, acétone, créosote, formol).

C'est en 1891 que l'entreprise Lambiotte-Frères de Prémery acquiert les bâtiments de Demeurs dans le cadre d'une vente aux enchères publiques et y installe un complexe de distillation du bois. Une centaine d'ouvriers y travaillaient en 1912 ! L'usine est revendue en 1939 et après la deuxième guerre mondiale, le site a été occupé successivement, par une scierie, une fonderie de métaux cuivreux et ensuite par un groupe de sociétés du bâtiment, dont l'entreprise Parrotta, puis actuellement par la société NTB.

 Quelques dates concernant le site de Demeurs :

1456 : Existence constatée du hameau de Demeurs
1509 : Édification d'une grosse forge
1752 : Jean-Baptiste Gascoing vend terres et forges à Babaud de la Chaussade
1781 : Vente au roi Louis XVI
1874 : Forge aliénée du domaine de l’État (mais mise en réserve en cas de besoin)
1891 : Achat par les frères Lambiotte

Pour plus de détails ,voir le livre Mémoires et Images d'Urzy disponible en Mairie d'Urzy.

*Remerciements à la Mairie de Prémery pour l'autorisation de "prise de vue".
François Pommery et Pierre Bornet.                                       

livre Mémoires et Images d'UrzyFrançois Pommery et Pierre Bornet.